Noir&Fier, un réseau qui tente de faire bouger le paysage médiatique français

Qu’il est loin le temps où on allait s’informer dans la rue, à la criée, ou en allant acheter un journal dans un kiosque ! L’ère de l’information avec l’avènement de la radio et de la télévision puis d’Internet a totalement redistribué les cartes du média de masse. Voici venu le temps de Noir&Fier.noir&fier-réseau-afrotatino

Et à l’heure où les plateformes de streaming et les sites de téléchargements pullulent tandis que les réseaux sociaux prennent le pouvoir dans les moyens de communication, il est bien difficile de parvenir à vivre et survivre dans le monde impitoyable de la presse.

Les médias traditionnels ont ainsi dû s’adapter à leur temps en proposant de nouveaux contenus, de nouveaux moyens de se financer en multipliant l’offre du multimédia afin de continuer à diffuser leurs contenus pour leurs audiences.

Le média « afro » ne fait pas exception et les nouveaux acteurs ont dû rivaliser d’inventivité afin de proposer leur journalisme si rare dans le paysage français. Crowdfunding, abonnement payant et construction d’une communauté solide et fidèle, tous les moyens sont bons parvenir à subsister et proposer une gestion pérenne.

noir&fier-réseau-afrotatino-2

Le problème de la diversité dans les médias est évident et ce ne sont pas les chiffres du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) qui contrediront quoique ce soit. Récemment, beaucoup de rédactions de médias plus traditionnels ont été mises en lumière pour leur manque de personnes non-blanches. Il y a de ce fait de la place à prendre. Que ce soit pour les femmes ou les personnes non-blanches. Et des idées, il y en a, surtout chez Noir&Fier.

 

Negus a déjà fêté ses trois ans dans les kiosques

Negus se veut percutant, critique et amener au débat et à la réflexion. Le journal a été soutenu par des personnalités comme Kery James, Clady Siar ou même Dieudonné. Grâce à une stratégie de communication basée sur l’engagement de la communauté noire, le journal qui se revendique héritier de l’Étudiant noir a déjà fêté ses trois ans de parution.

NEGUS-noir&fier-réseau-afrotatino

Jonathan Zadi et Christian Dzellat ont eu l’idée de créer ce journal… Alors que les idées ne cessaient d’affluer pour avoir un média décomplexé. Vous apprécierez son ton libéré et sa vision panafricaine. C’est désormais chose faite. Ils avaient pensé à nommer leur idée « Niggaz » (ils sont fans de Tupac). Finalement, « Negus » (pour les anciens rois d’Éthiopie) a été retenu.

Negus veut faire résonner toute la diaspora francophone qui vient d’Afrique et y recentrer les sujets. Comme le dit Christian Dzellat à l’Afro-news :

« Le panafricanisme n’est pas une religion, on ne cherche à convertir personne. Mais il permet d’apporter une autre compréhension du monde. Et de parler de sujets d’une manière différente ».

 

Nofi, plateforme d’échange pour la communauté noire

Encore à la genèse de ce projet, Christian Dzellat créé la marque engagée Noir&Fier avant de se contracter en Nofi. « NOFI est la première plateforme d’échange, d’information, de réseautage et de réflexion sur le quotidien de la communauté noire. »

nofi-noir&fier-réseau-afrotatino

Grâce à ses déclinaisons en Nofi Store, Nofipéedia et le journal Negus, tout le réseau Nofi propose un contenu nouveau pour la communauté qu’elle vise. Vidéos, articles, contenu éditorial et événements pertinents sont relayés sur leurs médias. Ce qui permet de consolider la communauté. Et permettre davantage de diversifier les médias et de continuer à faire bouger les choses. En particulier dans le paysage hétérocentré des vieux hommes blancs.

Les choses changent, les mentalités évoluent et les comportements se libèrent sur les réseaux sociaux. Noir@Fier est un premier pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *