Vous ne parlez pas espagnol ? Pas d’inquiétude, ces stars latines non plus !

La communauté latine a de grandes ramifications et 18 des 19 pays d’Amérique du Sud parlent espagnol. Nous traitons ici principalement du castillan donc, qui est la langue majoritaire mais nous n’excluons pas non plus le portugais au Brésil !

parler-espagnol-afrolatino-3

« No hablo español… » est une phrase que vous avez peut-être souvent entendue prononcer par des gens latinos ou par vous-même. Ne pas pouvoir s’exprimer dans la langue maternelle peut être vu comme un vrai problème d’intégration à une communauté. C’est encore plus vrai pour les immigrants d’Amérique du Sud et du Mexique qui vont vivre aux États-Unis et se retrouvent souvent en petits groupes sans même parler l’anglais.

Finalement, doit-on se sentir exclu si on ne parle pas la langue de Cervantès ? Doit-on se sentir « moins latino » ?

 

La communauté latine

Le terme latino-américain désigne les peuples lusophones et hispanophones mais il symbolise également une culture, un héritage culturel, religieux et bien évidemment linguistique grâce/à cause des conquêtes espagnoles et portugaises sur le continent d’Amérique du Sud. Cet héritage est donc en opposition avec l’héritage anglo-saxon laissé par les Britanniques en Amérique du Nord.

Et si l’on ne possède pas la langue ibérique en tant que langue maternelle, il peut être bien difficile de s’y mettre passé un certain temps. En effet, l’espagnol, tout comme le français, l’italien, le roumain ou le portugais est une langue latine et si elle paraît très facile à parler quand on l’entend dans des films ou des séries Netflix, ce n’est pas du tout le cas en pratique.

 

Un langage compliqué à parler et à apprendre

La langue possède bon nombre de verbes irréguliers, de règles, d’auxiliaires (saletés de verbes ser/estar) ainsi qu’une prononciation très spéciale ! À l’instar du français, ce n’est pas une langue si facile à apprendre et encore moins si on ne parle pas du tout de langue latine comme les Américains.

Pour couronner le tout, les accents sont très différents selon les parties du monde. Tout comme le français, le québécois ou le belge, les prononciations changeront du tout au tout en fonction de votre latitude et il en va de même pour le vocabulaire !

Si on ne vit pas dans un pays hispanophone, il peut alors être compréhensible de ne pas se focaliser sur l’apprentissage du castillan puisqu’il n’est pas indispensable à la vie de tous les jours.

Certaines stars latines très connues ne parlent même pas l’espagnol ! Et certaines chantent des albums entiers dans la langue sans forcément comprendre toutes les subtilités de la langue. Doit-on les considérer comme de mauvais latinos pour autant ?

 

Ces stars latines qui ne parlent pas bien espagnol !

Jessica Alba avouait en 2008 qu’elle ne parlait pas couramment espagnol alors qu’elle est l’une des actrices latinas les plus connues d’Hollywood.

Nous parlions tout à l’heure de l’importance de l’anglais pour les Américains, c’est également le cas pour deux jeunes stars Texanes, Demi Lovato et Selena Gomez qui n’ont pas non plus eu une bonne note en espagnol durant leur scolarité alors que la dernière a chanté maintes fois en espagnol pour se faire connaître et apprécier du public.

D’autres actrices ont autant de mal avec les langues. Cameron Diaz (cubaine du côté de son père) a bien du mal avec l’espagnol… et l’anglais également ! C’est également le cas de Eva Longoria alors qu’elle jouait le rôle de Gabrielle Solis, une Mexicaine dans Desperate Housewives qui l’a révélée au grand public.

On pourrait passer des heures à ajouter des acteurs Hollywoodiens ou des chanteurs qui n’y arrivent pas avec l’espagnol : Mark Consuelos, James Roday, Miguel, Charlie Sheen ou Emilio Estevez alors que ces stars possèdent des origines latines… Comme quoi, l’habit ne fait pas le moine !

parler-espagnol-afrolatino-1

Pourtant, ces stars n’ont pas peur de s’impliquer pour leurs communautés à grands coups de philanthropie et d’aides humanitaires. Vos racines latines ne doivent pas vous êtes retirées pour quelque chose de si trivial que la langue. Cela fait partie de vous et ce n’est pas quelque chose à mériter ou à gagner avec l’apprentissage de l’espagnol. Et si vous n’arrivez pas à rouler les « r » comme Shakira, ce n’est pas la fin du monde.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *