Portait de Halle Berry, actrice et mannequin

Si on vous disait coupe de cheveux boyish, des courbes vertigineuses, un teint doux caramel, James Bond Girl,… On ne peut que penser à l’actrice, productrice et ex-mannequin Halle Berry, cette reine de beauté à l’apparence presque immuable au fil des années.

halle-berry-sexy-afrolatino-1

De l’Oscar de la meilleure actrice au Razzie Award, il faut tout simplement admettre qu’elle a parcouru un long chemin, un parcours pas toujours étincelant, mais néanmoins très intéressant.

 

Des expériences de vie qui l’ont rendu plus forte

Maria Halle Berry est née le 14 août 1966 dans la ville de Cleveland. Elle est la fille de Jérôme Jesse Berry, afro-américain, ancien infirmier, devenu chauffeur d’autobus et de Judith Ann Hawkins d’origine anglaise et allemande, également infirmière. L’actrice a une sœur aînée répondant au nom d’Heidi Berry-Henderson.

L’enfance de Halle n’a pas toujours été de tout repos. Alors qu’elle n’avait que 4 ans, ses parents ont divorcé. Son père a alors quitté le foyer familial pour ne plus jamais les revoir. À l’école, elle a connu très tôt le racisme en raison, bien évidemment, de sa couleur de peau. Mais le fait est que ces expériences lui a permis de grandir, de se renforcer et de s’affirmer. D’ailleurs, elle a été pom-pom girl, rédactrice en chef du journal de son école ou encore reine de bal.

halle-berry-sexy-afrolatino-8

A son adolescence, elle commence déjà à participer à des concours de beauté. Ainsi, elle remporte la Miss Teen All American en 1985 et la Miss Ohio USA en 1986. C’est également en 1986 qu’elle atteint la place de 1ere dauphine de Miss USA et la 4ème dauphine de Miss Monde. Et n’oublions pas qu’à cette occasion, elle est tout simplement la première Afro-Américaine à participer à Miss Monde.

 

Une envie de grand écran très tôt

Déterminée à faire carrière dans le cinéma, elle décide donc de déménager à New York City en 1989. Mais arrivée dans « la ville qui ne dort jamais », Halle Berry est confrontée à la dure réalité puisqu’elle a dû vivre dans un foyer pour sans-abris pendant un moment. Durant cette période plutôt brève, elle a pu travailler en tant que mannequin.

halle-berry-sexy-afrolatino-2

Mais toujours en 1989, la situation commence à changer lorsqu’elle obtient un rôle dans la série télévisée Living Dolls. Au cours du tournage de la série, l’actrice a eu un malaise. Il s’avère que Halle Berry est diabétique. Mais le fait est que l’actrice semble bien vivre cette maladie. Elle enchaine ainsi les rôles au petit écran, mais en 1991, Halle a pu jouer dans le fameux Jungle Fever de Spike Lee, au côté de Wesley Snipes ou encore de Samuel L. Jackson, un rôle qui lui a permis d’accéder à un niveau plus élevé.

halle-berry-sexy-afrolatino-7

halle-berry-sexy-afrolatino-3

 

Une actrice primée

Commence alors une carrière hollywoodienne qui la place dans des films à gros budget, acclamés par les critiques…ou pas. Le fait est que, mis à part son apparence avantageuse qui a été un vrai atout, Halle Berry est une actrice très talentueuse. Pour cela, elle a gagné de nombreuses récompenses et notamment le prix de la meilleure actrice lors de la 74ème cérémonie des Oscars en 2002, dans le film Monster’s Ball. Il est important de souligner qu’elle est la première actrice afro-américaine à recevoir le titre (ça a vraiment pris du temps, en effet).

halle-berry-sexy-afrolatino-6

Mais par la suite la carrière de l’actrice prend une autre tournure (moins brillante) en enchainant des rôles qui ne lui ont pas permis de bien exploiter ce talent. Cela peut être expliqué par une succession de mauvais choix de la part de l’actrice ou de son manager. D’ailleurs, cette situation paradoxale a donné lieu à ce que la plupart des médias appellent «  l’effet Halle Berry ».

halle-berry-sexy-afrolatino-4

Ainsi, avec son rôle de Catwoman dans le film éponyme, l’actrice reçoit le trophée de la pire actrice lors de la 25ème cérémonie des Golden Raspberry Awards en 2005. Cette cérémonie, appelée également Razzie Awards, est une parodie des Oscars. Elle destinée à récompenser les films, réalisateurs et acteurs ayant obtenus le plus de critiques défavorables durant l’année qui la précède.

 

Une carrière bien remplie

Cela étant dit, Halle Berry est et restera peut-être la meilleure James Bond Girl ayant jamais existé. Au cours de ses presque 30 ans de carrière elle a joué dans pas moins de 47 films très variés. Parmi ceux-ci, nous pouvons citer Monster’s Ball, Swordfish, Kingsman : The Golden Circle, la saga des X-men, Die another Day, Executive Decision, The Las Boy Scout,… Loin d’être une actrice “has been”, Halle Berry continue à squatter les têtes d’affiche avec le 3ème volet du très connu saga John Wick, une saga qui a d’ailleurs permis à Keanu Reeves de faire son comeback. Halle Berry est-elle également en train de faire son grand retour ? Nous le saurons peut-être bientôt.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *