L’histoire du wax

wax-tissu-afrolatino

Le wax est un tissu en coton enduit de cire sur chaque face, au motif ethnique et tribal et à l’aspect généralement multicolore. Appelé également « tissu africain », il faut admettre que le wax n’a pas toujours été l’apanage des Africains. Son premier lien avec ce continent remonte à une époque d’expansion territoriale, la colonisation et plus particulièrement, celle de la Hollande en Indonésie, au 19ème siècle.

Continuer la lecture

Quand les filles d’Abidjan prennent le pouvoir sur la drague grâce aux réseaux sociaux

abidjan-femmes-réseaux-sociaux-afro-latino          

Abidjan, la « perle des lagunes », vit à 100 à l’heure, même si l’Afrique de l’Ouest est encore considérée comme étant l’une des régions où le taux de mariage précoce est très élevé.

Continuer la lecture

Le thiebou dieun bientôt au patrimoine de l’UNESCO ?

thiebou-dieun-patrimoine-unesco-afro-latino

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas, le Thiebou dieun également appelé Tieb, est un plat à base de riz, de poisson, de mollusque et de légume. Il figure parmi ces plats qui ont su acquérir une grande notoriété à travers le monde, ce qui en fait une très grande fierté au Sénégal.

D’ailleurs, si vous avez l’occasion de visiter le pays du Lion rouge, n’hésitez pas à déguster ce met. Le Tieb connait plusieurs variantes et on peut facilement le retrouver dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest comme la Mauritanie, la Gambie, le Ghana ou encore le Nigeria. La présence du Tieb dans ces nombreux pays nous permet d’ores et déjà de penser que c’est un plat très apprécié.

Un plat ancien

Bien qu’il soit très répandu, les informations récoltées s’accordent à dire que ce plat trouve son origine aux alentours du 19ème siècle dans de la ville de Saint-Louis et que c’est une certaine Penda Mbaye qui a inventé la première recette. Cette ville se situe dans la partie nord-ouest du Sénégal et borde l’océan Atlantique Nord. Surnommée la « Venise africaine », la ville de Saint-Louis conserve de très nombreuses maisons, typiques de l’époque coloniale, ce qui en fait un endroit incontournable pour les touristes de passage. Apportée par les soldats américains, la musique jazz s’y est implantée pour devenir une identité à part entière de la ville. La ville de Saint-Louis figure d’ailleurs dans le Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le patrimoine mondial de l’UNESCO

Or, depuis quelques décennies, la notion de « Patrimoine culturel » ne se limite plus aux seuls éléments matériels tels que les monuments et autres objets. Désormais, l’UNESCO tend également à sauvegarder et à mettre en valeur les traditions ou les expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants. Parmi ces éléments nous pouvons citer les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, les rituels et événements festifs, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ou encore, les connaissances et le savoir-faire nécessaires à l’artisanat traditionnel.

patrimoine-mondial-unesco-thiebou-dieun-patrimoine-unesco-thiebou-dieun-afro-latino

Ainsi, certaines spécialités culinaires considérées comme étant des connaissances et des savoir-faire artisanaux traditionnels figurent au sein de la liste des patrimoines culturels de l’UNESCO. Parmi celles-ci, nous pouvons par exemple citer le Nshima zambien, la bière belge, la pizza napolitaine ou encore le pain d’épice croate. Selon toujours l’UNESCO, les patrimoines culturels immatériels permettent de maintenir une diversité culturelle face à la mondialisation grandissante. Ces héritages contribuent à enrichir les savoirs ainsi que les connaissances et jouent un rôle important sur le plan social et économique d’un État. Dans un futur proche, la liste pourra-t-elle peut-être s’allonger avec le Thiebou dieun ?

Séance de dégustation

En effet, à l’occasion de la 27ème édition de Saint-Louis Jazz 2019, une séance de préparation et de dégustations du fameux plat a été organisée par les responsables des patrimoines culturels sénégalais. Cette séance a été les prémices d’une réunion centrée sur la reconnaissance et l’affirmation du fait selon lequel le thiebou dieun constitue un patrimoine culturel sénégalais. Selon les responsables, l’inscription de ce plat sur la liste des patrimoines culturels immatériels améliorerait le secteur du tourisme dans le pays et plus particulièrement dans la ville de Saint-Louis.

dégustation-thiebou-dieun-afro-latino

Cela étant dit, il ne faut pas oublier que l’inscription à la liste des patrimoines de l’UNESCO est soumise à divers critères et procédures. En d’autres termes, seules certaines candidatures seront acceptées. Ainsi, parmi ces critères, la présence du plat proposé sur le territoire du pays candidat semble être l’un des plus évidents. La candidature nécessite également l’appui et le soutien des acteurs de la pratique. Enfin, la candidature doit être accompagnée des moyens permettant la conservation et la perpétuation de ces connaissances et savoir-faire artisanaux traditionnels. Le Thibou Dieun sénégalais remplit-il tous ces critères ? Un sujet à suivre de près.